La vie est rude, il reste des plaisirs non coupables

Lorsque l’on parle de plaisirs coupables, je vous parler des plaisirs de l’alcôve. Aujourd’hui, il est très difficile de trouver du plaisir tant la vie est compliquée et embourbée par le stress. Il faut trouver des moyens de substitutions aux plaisirs simples comme manger, profiter du temps, savoir profiter des petits bonheurs.

Et le sexe est certainement l’un des refuges les plus appréciés. Pour beaucoup la pudeur se lie souvent à la honte mais la sexualité entre deux personnes consentantes ne le devrait pas.

Dans l’imagerie de certains les plaisirs sexuels avec les sextoys par exemple est à intégrer dans la pornographie la plus crasse.

Pourtant, les premiers sextoys retrouvés datent de 26000 ans avant notre ère. Comme quoi à cette époque ce genre de tabou existait peut-être mais un peu moins. Certains sextoys rendent aussi quelques précieux services aux personnes souffrant de la solitude. On peut juger en disant qu’il faudrait plutôt rencontrer du monde et élargir son cercle d’amis mais comme je le disais plus haut dans l’article, les temps n’invitent pas aux rencontres dans les mêmes conditions qu’il y a encore 30 ans.

C’est pour cela que les sextoys existent aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *